Edito

De nous à vous : votre festival ! Nous n’avons rien lâché ! A la Cité de l’Accordéon, malgré les doutes, les risques et les contraintes, nous n’avons pas baissé les bras afin d’éviter une seconde annulation des Nuits de Nacre. Une décision qui nous aurait tous affectés : artistes, techniciens, commerçants, collectivités territoriales, associations… Chacun de vous aussi, avide de reprendre son souffle au contact du spectacle vivant qui nous aura si longtemps manqué. Nous sommes heureux d’être parmi les tout premiers à vous donner l’occasion de revivre la folie de ces soirées de fête, même si nous devrons encore probablement nous contenter d’une ‘’folie raisonnée’’. A Tulle les 25, 26 et 27 juin, l’accordéon sonnera le réveil. Sur les scènes et (nous l’espérons) dans les rues. L’accordéon développera toute l’étendue de sa palette : swing, jazz, rock, techno, classique…

– Chanson, poésie pour partager les émotions des notes et des mots avec Michèle Bernard, tête d’affiche des premières Nuits de Nacre en 1988, accompagnée d’Annick Cisaruk.

– Souffles mêlés de l’instrument de Sébastien Farge et de la voix de Marjolaine Paitel.

– Energie des Humeurs Cérébrales, de Time Box de Délinquante ou de Pulccinella.

– Solo du jeune virtuose Julien Beautemps à la Cathédrale.

L’accordéon invitera son cousin bandonéon à l’occasion d’une magnifique soirée à l’Empreinte consacrée au centenaire de la naissance d’Astor Piazzolla : un plateau d’une quinzaine d’artistes dont Gustavo Beytelmann qui fût compagnon de route d’Astor et David Venitucci. La manufacture Maugein nous enverra son ‘’Pilote d’essais’’ à l’harmonica, un instrument bientôt fabriqué à Tulle. Même si nous devrons sans doute patienter encore un moment avant de retrouver le musette, les Nuits de Nacre vous permettront de voir à l’oeuvre et d’apprécier la majeure partie des accordéonistes professionnels locaux. Nous ne sous-estimons pas l’étendue de la tâche afin de réussir ce rendez-vous majeur. La présence de notre ami Laurent Valero, musicien et programmateur à Radio France, en fait foi. Les conditions sanitaires exigeront la participation d’un nombre considérable de bénévoles. Venez partager l’aventure : nous avons besoin de Vous !

Jean-Bernard Servières Président de la Cité de l’Accordéon