Juin 2008 29

Si tu passes là-bas vers le Nord, Où les vents soufflent sur la frontière, N’oublie pas de donner le bonjour, A la fille qui fut mon amour (Bob Dylan)

De cette voix et de ce clavier jaillissent le blues du bassin minier, la gouaille expressionniste, les rythmes de bastringue, les amours mortes, les vies perdues. Elles emmènent, elles touchent, elles tourmentent, elles bouleversent.

La Kuche rend hommage aux grands auteurs disparus et contemporains quand elle ne s’enhardit pas à chanter Kucheida, tout simplement.

Une saveur, une voix dans les sillons de l’émotion, une célébration en chansons … soulignées par les tendresses et les coups de griffe d’un accordéon qui pulse le rock and femme.

En savoir plus…

Sep 2008 26
Page 1 of 1
1